Les

pédagogies

Les nouvelles pédagogies

L’école Sorène se revendique être une école qui s’inscrit dans les nouvelles pédagogies en puisant dans un certain nombre d’entre elles afin d’offrir un apprentissage varié et connecté aux besoins des enfants notamment en matière d’estime de soi, de reconnaissance et de valorisation. Le choix a été fait de ne pas s’inscrire dans un mouvement pédagogique unique, la liste des pédagogies utilisées et nommées ci-dessous n’est donc pas exhaustive.

L'école du dehors

L’école du dehors se base sur le modèle danois mis en place par Ella Flatau qui propose une scolarisation des enfants de maternelle au sein de classes se déroulant exclusivement dans les bois.

Au sein de Sorène, un maximum d’activités sont proposées en extérieur. Nous pouvons citer notamment le conseil du matin qui se déroule au pied des arbres, des activités prenant place sur le terril proche ou dans le jardin boisé de l’école. Des moments de découverte de soi, de l’autre et du milieu, de jeux libres, d’écoute, de créativité et de questionnement sont prévus pour en arriver à des acquis scolaires décloisonnés dans un objectif de bien-être physique, psychique et affectif des enfants. Les enfants sont mis dans une posture de contact avec la nature et de sensibilisation à celle-ci. Cette démarche passe une réduction des déchets émis par les enfants via une politique la plus proche possible du zéro déchet, une réflexion sur la nourriture saine et locale au travers de partenariats avec une ferme biologique de la région pour les goûters, … Cette démarche en constante construction a actuellement pour perspective d’aller un cran plus loin vers des ateliers de permaculture.

L'école démocratique

L’école démocratique se base sur le modèle de Daniel et Hanna Greenberg aux Etats-Unis.

L’école Sorène s’inspire de ce modèle en proposant des groupes d’apprentissage et non des classes selon l’âge de l’enfant. Une fluidité est proposée aux enfants qui peuvent, s’ils en éprouvent de l’intérêt, suivre les expériences d’autres enfants peu importe s’ils sont du même âge ou du même groupe (Ecureuils/Aventuriers). Aucune obligation de participation n’est mise en place ce qui permet à chacun de développer ses centres d’intérêt, ses passions et de les approfondir. L’accent est mis sur l’autonomie des enfants et sur la manière propre à chacun d’y parvenir. Les encadrants se posent ici en tant que garants du respect et de la liberté de parole de tous dans un modèle le plus égalitaire possible et au sein duquel ils sont une ressource pour l’enfant. Des intervenants extérieurs, qu’ils soient parents ou non, interviennent également afin d’apporter un soutien selon les souhaits des enfants lors d’ateliers spécifiques.

La pédagogie du projet

La pédagogie du projet est inspirée des travaux de John Dewey. Elle prône l’engagement actif des enfants dans des projets réels et significatifs pour eux.

A Sorène, les enfants collaborent et communiquent dans un objectif de résolution des problèmes autour de projets communs ou de projets individuels tels que la réalisation de chef-d’œuvre. Leurs réalisations sont présentées devant toute l’école ce qui permet de travailler également les compétences orales, la confiance en soi et la capacité de synthétisation. Ayant été apprises en situation, les compétences acquises seront mieux intégrées et plus facilement transférables dans d’autres contextes.

La pédagogie différenciée

La Pédagogie différenciée est également un élément important dans l’accompagnement des enfants. Soutenue par la petite taille des groupes mais également par le fait qu’il s’agisse de « groupes classe » reprenant plusieurs années scolaires, les enfants sont respectés dans leur évolution personnelle et leur rythme d’apprentissage. Les différentes manières d’arriver à leurs objectifs sont aussi soutenues par le fait que cette différenciation se fait dans le cadre de projets. Les modes d’apprentissage des enfants qu’ils soient visuels, auditifs, kinesthésiques ou qu’ils aient besoin de lecture et de restitution écrite sont soutenus par les encadrants afin de chaque enfant puisse trouver sa manière d’évoluer dans les apprentissages à leur propre rythme.

L'éducation positive et les neurosciences

Ces 15 dernières années, les neurosciences et plus particulièrement les neurosciences affectives ont grandement évolué notamment en francophonie à travers les travaux de Catherine Guegen, pédiatre spécialisée dans le soutien à la parentalité et en communication non violente.  Il est donc aujourd’hui scientifiquement reconnu que l’éducation bienveillante rend plus performante la construction du cortex orbito frontal responsable des fonctions émotionnelles et de l’empathie. Ce type d’éducation augmente également le volume de l’hypocampe qui joue un rôle central dans le processus de mémorisation.
 
Au sein du projet Sorène, la bienveillance et l’éducation positive est au coeur de toutes les autres pédagogie. Il s’agit de l’ADN de l’école. Les enfants sont donc encouragés dans leurs apprentissages, découvertes et expériences. La punition en cas de dépassement du cadre n’est pas envisagée, le dialogue, la co-construction de certaines règles ainsi que la réparation auprès des autres et du groupe est toujours privilégiée. Les enfants sont initiés dès leur plus jeune âge à la communication non violente et à l’expression de soi dans le respect des autres et de leur différence.

Le point commun

entre les différentes pédagogies employées est de mettre en avant l’enfant en tant qu’individu avec une personnalité et des besoins uniques et de valoriser leur épanouissement dans un cadre respectueux, bienveillant qui tient compte des avancées scientifiques en matière de développement neurologique des enfants